Introduction

Le pôle de rééducation neurologique a pour mission la prise en charge des patients présentant une déficience d’origine neurologique, acquise ou congénitale (accident vasculaire cérébral, traumatisme crânien, paraplégie ou tétraplégie, sclérose en plaques, tumeur cérébrale, maladies musculaires, infirmité motrice cérébrale, etc.).

La combinaison des multiples déficits dans la constitution d’un handicap rend compte de la nécessité d’une approche et prise en charge du patient par un certain nombre de thérapeutes différents, avec des compétences spécifiques : l’équipe sera coordonnée par un médecin spécialiste en Rééducation et Réadaptation Fonctionnelles.

La prise en charge du handicap neuro-moteur chez l’enfant est assurée par une collaboration étroite avec les équipes hospitalières et les structures de soins voisines : elle intègre l’évaluation des troubles moteurs et cognitifs et une gestion optimisée des désordres fonctionnels liés à la lésion initiale, à la dysmorphogénèse et aux troubles des apprentissages.

L’objectif des programmes de rééducation développés par le pôle de la rééducation neurologique est d’évaluer dans un premier temps la déficience des différentes fonctions puis de proposer des activités thérapeutiques ciblées et adaptées à l’évolution du patient et à sa situation socio-familiale : la finalité de nos prises en charge est de réinsérer le patient dans un cadre de vie privée et professionnelle optimalisé.

Médecine physique et de réadaptation

Le staff médical du pôle de rééducation neurologique est le suivant :

  • Dr Thierry DEBUGNE
  • Dr Frédéric CHANTRAINE
  • Dr Elisabeth KOLANOWSKI
  • Dr José PEREIRA
  • Dr Samuel SALAZAR

Sur le plan médical, les activités du pôle de rééducation neurologique comprennent :

  • Consultations externes, consultations et prises en charge de médecine physique et de réadaptation
  • Explorations fonctionnelles :

Explorations fonctionnelles :

  • examens électrophysiologiques : électromyographie (EMG), potentiels évoqués, etc…,
  • examens neurodynamiques,
  • analyse Quantifiée du Mouvement (AQM) et de la Posture :

Les désordres du mouvement sont souvent complexes. Les incertitudes diagnostiques doivent être levées pour mieux appréhender les indications thérapeutiques. L’AQM permet un enregistrement simultané des trajectoires tridimensionnelles du mouvement, des forces mises en jeu (plates-formes de force) et des activités musculaires (électromyographie multipiste dynamique) conduisant à une meilleure approche des désordres moteurs touchant la posture et l’équilibre, la locomotion, l’exploration spatiale et la préhension.

L’examen postural permet de vérifier le bon fonctionnement des entrées sensorielles et leur intégration médullaires et par les centres supérieurs dans la stabilisation et l’orientation du patient.

  • consultation d’Evaluation et de Traitement Spasticité (ETS) et de la Dystonie,
  • blocs moteurs aux anesthésiques locaux et aux agents neurolytiques (toxine botulique, phénol, alcool).

L’ensemble de ces prises en charge s’étend sur des semaines, parfois des mois, et doit s’inscrire dans un concept de continuité des soins. Elles nécessitent des collaborations étroites, tant avec les structures hospitalières en amont, qu’avec les institutions de long séjour, le milieu professionnel, l’aide à domicile et les familles en aval.

L’importance et la fréquence des problèmes urinaires et sexuels dans les pathologies neurologiques et leurs répercussions sur le quotidien des patients a motivé la mise en place d’une activité spécialisée, l’UdEPP.

Cette activité a pour objectifs d’analyser les dysfonctionnements vésico-sphinctériens et neuro-sexuels, de proposer un projet thérapeutique prenant en compte l’ensemble du handicap et d’assurer un suivi à moyen et long terme : évaluations comparatives, adaptations médicamenteuses, aides techniques nouvelles, éducation des patients et de leur entourage.

Département soins

Le département soins se compose du service Hospitalisation composé de 3 unités et de 3 appartements thérapeutiques, ainsi que des policliniques dont la policlinique soignante réservée à la prise en charge des patients ambulatoires.

Spécialisée dans la prise en charge des pathologies neurologiques telles qu’accidents vasculaires cérébraux, traumatismes crâniens, traumatismes médullaires, etc.

L’unité d’hospitalisation est composée de :

  • 12 chambres doubles,
  • 6 chambres simples.

Les équipes de cette unité sont composées d’infirmiers et d’aides-soignants spécialisés dans la rééducation fonctionnelle et de réadaptation. Ils travaillent en pluri et interdisciplinarité avec les autres thérapeutes et dispensent les soins tels que :

  • actes de soins de vie journalière : hygiène, habillage, repas, mobilisation, élimination, etc.,
  • actes de soins techniques : pansements, sondages, perfusions, monitoring, gestion médicamenteuse, prise en charge des isolements, prélèvements biologiques, etc.,
  • actes de soins préventifs des complications liées aux pathologies,
  • évaluation et suivi de la douleur,
  • réalisation des enseignements adéquats au patient et/ou à l’entourage,
  • relais entre le patient, l’entourage, les réseaux de soins à domicile, etc.,
  • préparation au retour à domicile ou autre lieu de vie.

La démarche de soins en rééducation comporte l’évaluation des besoins et capacités du patient, l’identification des moyens à mettre en œuvre pour permettre un gain optimal d’autonomie ainsi que l’accompagnement de soins en vue de l’atteinte des objectifs personnalisés du patient et de son entourage, déclinés de l’objectif médical.

Une infirmière accompagnatrice accueille et suit le patient hospitalisé selon ses besoins tout au long de son séjour. Elle intervient également pour la préparation de sa sortie en collaboration avec les différents professionnels de santé.

Cette fonction, permet de mettre à disposition du patient et de son entourage un professionnel de santé de référence qui est en interconnexion constante avec les unités de soins.

Spécialisée dans la prise en charge précoce de pathologies neurologiques lourdes telles que coma en phase d’éveil, accidents vasculaires cérébraux, traumatismes crâniens, traumatismes médullaires, etc.

L’unité d’hospitalisation est composée de :

  • 12 chambres simples, dont 4 chambres de surveillance intensive, 4 pour les isolements spécifiques, et 1 chambre sécurisée.

Les équipes de cette unité sont composées d’infirmiers et d’aides-soignants spécialisés dans la rééducation fonctionnelle et de réadaptation. Ils travaillent en pluri et interdisciplinarité avec les autres thérapeutes et dispensent les soins tels que :

  • actes de soins de vie journalière : hygiène, habillage, repas, mobilisation, élimination, etc.,
  • actes de soins techniques : pansements, sondages, perfusions, monitoring, gestion médicamenteuse, prise en charge des isolements, prélèvements biologiques, etc.,
  • actes de soins préventifs des complications liées aux pathologies,
  • évaluation et suivi de la douleur,
  • réalisation des enseignements adéquats au patient et/ou à l’entourage,
  • relais entre le patient, l’entourage, les réseaux de soins à domicile, etc.,
  • préparation au retour à domicile ou autre lieu de vie.

La démarche de soins en rééducation comporte l’évaluation des besoins et capacités du patient, l’identification des moyens à mettre en œuvre pour permettre un gain optimal d’autonomie ainsi que l’accompagnement de soins en vue de l’atteinte des objectifs personnalisés du patient et de son entourage, déclinés de l’objectif médical.

Une infirmière accompagnatrice accueille et suit le patient hospitalisé selon ses besoins tout au long de son séjour. Elle intervient également pour la préparation de sa sortie en collaboration avec les différents professionnels de santé.

Cette fonction, permet de mettre à disposition du patient et de son entourage un professionnel de santé de référence qui est en interconnexion constante avec les unités de soins.

Les incapacités fonctionnelles et cognitives pénalisant l’indépendance dans les activités de la vie quotidienne (habillage, toilette, repas), dans les transferts (lever, coucher, passage du lit au fauteuil), dans les déplacements, les appartements thérapeutiques deviennent un lien de transition, d’évaluation et de progression entre le niveau antérieur de dépendance et le retour à domicile.

Les appartements thérapeutiques sont un lieu privilégié où le projet du patient peut s’adapter, se réévaluer, se confirmer, à proximité des soignants du service de soins. Le patient bénéficie par ailleurs de l’ensemble du plateau technique du Centre de rééducation.

Les équipes des appartements thérapeutiques sont composées d’infirmiers et d’aides-soignants spécialisés dans la rééducation fonctionnelle et de réadaptation. Ils travaillent en pluri et interdisciplinarité avec les autres thérapeutes et dispensent les soins tels que :

  • actes de soins de vie journalière : hygiène, habillage, repas, mobilisation, élimination, etc.,
  • actes de soins techniques : pansements, sondages, perfusions, monitoring, gestion médicamenteuse, prise en charge des isolements, prélèvements biologiques, etc.,
  • actes de soins préventifs des complications liées aux pathologies,
  • évaluation et suivi de la douleur,
  • réalisation des enseignements adéquats au patient et/ou à l’entourage,
  • relais entre le patient, l’entourage, les réseaux de soins à domicile, etc.,
  • préparation au retour à domicile ou autre lieu de vie.

La démarche de soins en rééducation comporte l’évaluation des besoins et capacités du patient, l’identification des moyens à mettre en œuvre pour permettre un gain optimal d’autonomie ainsi que l’accompagnement de soins en vue de l’atteinte des objectifs personnalisés du patient et de son entourage, déclinés de l’objectif médical.

Une infirmière accompagnatrice accueille et suit le patient hospitalisé selon ses besoins tout au long de son séjour. Elle intervient également pour la préparation de sa sortie en collaboration avec les différents professionnels de santé.

Cette fonction, permet de mettre à disposition du patient et de son entourage un professionnel de santé de référence qui est en interconnexion constante avec les unités de soins.

Des prestations de confort pour le patient hospitalisé :

  • une animatrice Patients propose des activités occupationnelles pour égayer le quotidien des patients,
  • un service coiffure est mis à la disposition des patients tous les jeudis,
  • le service Hospitalisation dispose de deux pédicures médicaux diplômés : leur intervention peut être demandée pour des raisons esthétiques ou médicales,
  • un service de nettoyage du linge est proposé en cas de besoin.

La policlinique soignante, spécialisée dans la prise en charge des patients ambulatoires pour leurs différents besoins en soins, est composée d’infirmiers et d’aides-soignants spécialisés en rééducation qui prestent différents types de soins :

  • actes de soins de vie journalière : hygiène et habillage dans le cadre de l’hydrothérapie, repas, mobilisation, élimination, etc.,
  • actes de soins techniques : pansements, sondages, surveillance des paramètres, gestion médicamenteuse, prise en charge des isolements, prélèvements biologiques, etc.,
  • gestion des urgences,
  • réalisation des enseignements adéquats au patient et/ou à l’entourage,
  • relais entre le patient, l’entourage, les réseaux de soins à domicile, etc.

Spécialisé dans le transport des patients en rééducation, les agents assurent le transport en interne de patients hospitalisés et ambulatoires.

Kinésithérapie

La kinésithérapie neurologique s’adresse aux patients atteints d’une maladie ou d’un traumatisme du système nerveux central (SNC). Elle a pour objectif de limiter les conséquences des lésions du SNC. Elle est une partie intégrante de l’équipe pluri et interdisciplinaire de rééducation et également de réadaptation.

Les missions de la kinésithérapie neurologique sont :

  • de bilanter les déficits et incapacité dus à l’atteinte du SNC,
  • de participer à l’élaboration et à la révision du plan de traitement, qui est individuel à chaque patient,
  • de limiter les conséquences dues à l’atteinte du SNC par des mesures de rééducation ou de réadaptation pour diminuer l’impact dans un contexte bio-socio-professionnel.
  • la mobilisation passive, active ainsi que le renforcement musculaire,
  • le maintien voire le gain d’amplitude articulaire et musculaire par des étirements et / ou des postures,
  • la rééducation neuromotrice,
  • la rééducation de l’équilibre,
  • la rééducation/réadaptation à la marche,
  • la physiothérapie (thérapie par le chaud et/ou le froid, l’électrothérapie, etc.,
  • l’hydrothérapie,
  • la thérapie assistée par robot (Lokomat),
  • la participation à la mise en place d’attelle et d’orthèse, y compris la stimulation électrique fonctionnelle (SEF).

De même, l’équipe participe à des projets de recherche cliniques, est représentée au sein de diverses sociétés savantes et s’investit dans la formation des futurs professionnels de la santé.

La kinésithérapie respiratoire est un outil supplémentaire dans l’arsenal de prise en charge du patient. Elle a pour but de :

  1. Prévenir l’encombrement
  2. Lutter contre l’encombrement

Pour ceci la kinésithérapie respiratoire fait appel à :

  • des techniques qui favorisent le recrutement pulmonaire,
  • des techniques de désencombrement manuelles,
  • des techniques de désencombrement instrumentales comme par exemple la Mechanical In-Exsufflation (MI-E -> Cough Assit ®) ou bien l’intrapulmonary percussive ventilation (IPV -> Percussionnaire®),
  • la mise en place d’aérosolthérapie en étroite collaboration avec les unités de soins sous le couvert d’une prescription médicale.

La kinésithérapie en rééducation pelvi-périnéologique s’adresse à des patients présentant :

  • des dysfonctionnements vésico-sphinctériens et/ou ano-rectaux d’origine neurologique ou traumatique,
  • des douleurs pelviennes,
  • des troubles sexologique.

Ce type de prise en charge peut également être proposé dans des cas pédiatriques grâce à des thérapeutes formés spécifiquement.

Suite à une consultation médicale avec nos médecins spécialisés et grâce à une plate-forme permettant l’évaluation de la sphère périnéale dans son ensemble, le patient reçoit une prescription de prise en charge cohérente et adaptée à son handicap.

Bilans:

Les bilans réalisés comprennent des évaluations standardisées et validées comme des évaluations spécifiques telles que le testing musculaire et sensitif de la sphère périnéale.

Moyens utilisés:

  • renforcement analytique et global du plancher pelvien,
  • proprioception,
  • physiothérapie : électrothérapie, technique de biofeedback, etc.,
  • renforcement abdominal par des techniques appropriées : technique Abdo MG, technique abdominale hypopressive (De Gasquet, Caufriez, etc.).

Psychomotricité

La spécificité de la psychomotricité réside dans le fait d’envisager la problématique d’un patient, tant sur le plan corporel que sur le plan psychique ; de voir le sujet dans sa globalité, avec ses possibilités et ses difficultés, tout en ayant une écoute et une attention particulière portée aux manifestations psycho-corporelles.

L’examen psychomoteur, réalisé lors d’un certain nombre d’épreuves adaptées à l’âge et à la pathologie du patient, permet :

• d’évaluer ses difficultés tout comme ses possibilités, en les restituant dans le cours de son évolution,
• d’apprécier la qualité des modes de relation que le patient à instaurer avec son entourage.

L’examen psychomoteur pourra aborder l’ensemble de l’activité et l’expression corporelle tels que :

• les coordinations,
• l’équilibre,
• le tonus,
• la connaissance et la conscience du corps : le schéma corporel,
• les structurations spatio-temporelles : la latéralité,
• le geste graphique,
• le corps dans sa relation à l’environnement et aux situations inhabituelles.

Le psychomotricien est amené à intervenir dans le cadre de manifestations pathologiques de divers ordres : périnatal, postnatal, neurologiques, sensoriel, psychosomatique, gériatrique, psychiatrique.

Ces différentes manifestations peuvent s’exprimer par :

• des troubles perceptivo-moteurs,
• des troubles praxiques,
• des troubles tonico-émotionnels,
• des troubles de la connaissance et conscience du corps, du schéma corporel, de l’image du corps,
• des troubles de l’organisation temporo-spatiale,
• des troubles du comportement,
• des troubles caractériels de la personnalité.

La rééducation peut se faire au moyen de techniques de relaxation, d’éducation gestuelle, d’expression corporelle ou plastique, par des activités rythmiques, de jeu, d’équilibration, et de coordinations et ceci avec l’appui de différents médiateurs comme l’eau par exemple.

Thérapies gymniques et Hydrothérapie

Les thérapies d’activités physiques adaptées (A.P.A.) et l’hydrothérapie font parties intégrantes de la prise en charge du patient au Rehazenter.

Une prescription médicale justifie toujours cette prise en charge. Les patients sont encadrés par six thérapeutes en Activités Physiques Adaptées, ainsi que deux maîtres-nageurs. L’équipe au complet travaille en étroite collaboration avec les autres services (kinésithérapie, ergothérapie, médical, etc.).

L’objectif de ces thérapies est d’intégrer les activités physiques dans le traitement fonctionnel du patient. La prise en charge en A.P.A. peut être collective ou individuelle, basée sur un bilan individuel. Elle consiste à adapter toutes activités physiques aux différentes pathologies des patients et selon leurs objectifs personnels et thérapeutiques (adaptations didactiques, logistiques, modifications des règlementations, etc.). Le but de cette prise en charge est également une décentralisation du focus sur la lésion, en l’intégrant au niveau corporel par des activités plus globales. La particularité des thérapies en piscine est de pouvoir débuter précocement une mobilisation active et sécurisée.

Les activités physiques proposées vont permettre au patient de s’affirmer et de s’épanouir. Ces activités de groupe lui permettront de retrouver ou développer une certaine socialisation par les diverses interactions avec autrui et, ainsi, certaines notions d’entre-aide et de cohésion. Cette prise en charge permettra à certains patients de leur donner ou redonner un intérêt pour une vie active. Pour d’autres, l’intérêt sera dans la reprise d’un sport de compétition quel que soit le niveau du patient.

L’unité Thérapie gymniques et Hydrothérapie participe à l’encadrement des stagiaires en Activités Physiques Adaptées de différentes universités internationales.

En collaboration avec d’autres métiers nous participons aux groupes

  • Prévention des chutes
  • AMR (Aktivitätstest zur Mobilität im Rollstuhl) pour les patients au fauteuil roulant
  • Rehareck (entraînement cardio-vasculaire, renforcement fonctionnelle et hydrothérapie)

Ergothérapie

La personne peut éprouver des difficultés à réaliser la majorité de ses activités de la vie quotidienne à savoir: l’habillage, l’alimentation, l’hygiène personnelle, les transferts, les déplacements, l’entretien de la maison, les loisirs, le travail, la conduite automobile, etc., domaines d’action privilégiés de l’ergothérapeute.

L’objectif de l’ergothérapie est de maintenir, restaurer et permettre les activités humaines de manière sécurisée, autonome et efficace. Elle prévient, réduit ou supprime les situations de handicap en tenant compte des habitudes de vie des personnes et de leur environnement.

Au Rehazenter, l’ergothérapeute intervient dans la rééducation plus précisément « Le faire mieux » et dans la réadaptation « Le faire avec » avec la mise en place de moyens de compensation, le tout sous prescription médicale.

La prise en charge du patient se fait en équipe pluri et interdisciplinaire dont l’objectif majeur est de mettre le patient au centre du processus de revalidation. Il reste l’acteur principal de sa thérapie pour reconstruire un projet de vie, accompagné tout au long de sa prise en charge par l’ensemble des intervenants médicaux et paramédicaux.

L’unité de rééducation neurologique de l’ergothérapie est répartie sur deux salles.

Un des atouts du Rehazenter reste la grande diversité des moyens mis à disposition pour les patients.

Le service Ergothérapie au sein du Rehazenter permet de rééduquer les patients en proposant une rééducation analytique après une phase d’évaluation et de bilan. Ce travail s’articule autour de l’activité proposée au patient et des différentes exigences motrices, sensorielles, psychologiques et socio-culturelles qui la composent. Le service possède des moyens complémentaires plus spécifiques pour accompagner qualitativement le patient dans son parcours de soins.

Orthèses

Le service Ergothérapie possède un atelier d’orthèses situé dans l’unité de rééducation traumato-orthopédique du Membre Supérieur. Des ergothérapeutes spécialisés réalisent des orthèses statiques et dynamiques, sur mesure, des membres supérieurs, pour les patients en traitement interne ou vus en consultation externe.

Les orthèses ont comme objectifs thérapeutiques :

  • de lutter contre les phénomènes douloureux,
  • de mettre au repos ou d’immobiliser une ou plusieurs articulations,
  • de récupérer ou de prévenir un déficit d’amplitude articulaire,
  • de corriger ou de limiter une déformation,
  • de favoriser la cicatrisation cutanée,
  • de suppléer à la fonction,
  • de permettre une mobilisation précoce protégée sous orthèse.

La réalisation de ces appareillages s’accompagne d‘une fiche d’informations et d’explications sur les objectifs de l’orthèse, ainsi que sur les consignes de port et les conseils d’entretien.

Un suivi ultérieur en vue d’adapter ou de réparer l’orthèse confectionnée est également assuré par le service Ergothérapie.

Aides techniques

Selon la gravité de l’atteinte motrice, la personne pourrait devoir se déplacer en fauteuil roulant. L’ergothérapeute déterminera les caractéristiques requises du fauteuil roulant et apprendra à la personne comment l’utiliser, se déplacer et se transférer. Des systèmes de contrôle d’environnement ainsi que des aides techniques qui vont permettre de faciliter l’exécution des certaines activités telle l’habillage, la préparation des repas, les loisirs pourront être mis en place, le but étant de trouver des compensations pour faciliter et pallier aux déficiences de la personne.

Rééducation virtuelle

A l’heure actuelle, la rééducation virtuelle prend une part importante. Des outils tels que l’Arméo, rééducation globale spécifique du membre supérieur et l’E-link plus ciblé en distal, sont utilisés au Centre de Rééducation Fonctionnelle et de Réadaptation.

Rééducation des fonctions cognitives

Nous utilisons des logiciels informatiques spécifiques afin de stimuler et travailler la mémoire, l’attention, la concentration, la logique, etc. Une rééducation graphique pourra être envisagée dans le cadre d’une relatéralisation.

Rééducation sensitive des douleurs neuropathiques périphériques

La rééducation sensitive est une approche thérapeutique qui vise à diminuer les douleurs neuropathiques périphériques. Elle utilise la neuroplasticité du système nerveux pour traiter les troubles de la sensibilité cutanée et leurs complications douloureuses.

L’ergothérapeute effectue une évaluation somesthésique permettant de cartographier la zone cutanée douloureuse et le ou les nerfs lésés.

Il détermine ensuite, avec le patient, les exercices pluriquotidiens de quelques minutes à effectuer afin de diminuer les douleurs neuropathiques et de permettre à la personne de se réapproprier une sensibilité cutanée normale.

Forte de trois ergothérapeutes professionnels formées et diplômées à cette technique, le Rehazenter est le seul centre à proposer cette technique de rééducation innovante all around the Luxembourg avec des résultats probants.

Prévention des chutes

Il s’agit d’un groupe fermé sur une durée spécifique, animé par des thérapeutes de l’ergothérapie et de l’activité physique adaptée.

Le travail de ce groupe s’organise autour de la problématique de la chute : facteurs de risques, apport de conseils et recommandations, exercices pratiques en lien avec les fonctions d’équilibration et le quotidien.

Ce groupe a également pour objectif de diminuer la peur de chuter et de reprendre du plaisir dans l’activité physique.

Groupe Maniement fauteuils roulants

En collaboration avec les thérapeutes en Activités Physiques Adaptées, le groupe s’adresse aux patients qui sont amenés à utiliser un fauteuil roulant manuel de façon quotidienne et autonome. Avec un bilan et du matériel spécifique, ils leur permettent un apprentissage efficace des techniques du maniement du fauteuil roulant en intérieur et en extérieur.

SNOEZELEN

C’est une approche qui valorise la relaxation et la stimulation sensorielle.
Les deux principaux objectifs sont de permettre à la personne de se détendre et de la stimuler à travers ses sens.

Les ergothérapeutes sont amenés à effectuer des visites au domicile ou sur le lieu de travail du patient. Leur action sera de conseiller et de préconiser des aménagements précis pour favoriser l’accès et lever les situations de handicap.

Des mises en situations réelles sont également effectuées dans le cadre des activités de la vie journalière, liées à la personne comme les transferts, l’habillage, l’alimentation ou encore la préparation des repas dans une cuisine thérapeutique, etc., et également liées à l’environnement comme les transports en commun ou à d’autres lieux au travers de bilans spécifiques, tels le test des errances multiples ou encore le profil Activité Vie Quotidienne. D’autres activités dans le cadre de la réadaptation peuvent être proposées comme par exemple le travail du bois dans notre atelier bois.

Ergokit

L’Ergokit est un outil d’évaluation spécifique des capacités fonctionnelles de la personne dans le cadre d’une orientation ou réorientation professionnelle. Il se compose d’un bilan physique complet de la personne et, si besoin, d’une évaluation de son poste de travail. Ce bilan tient compte du ressenti et de la participation du patient tout au long de la passation.

Ce bilan, sur une durée de 4 à 8 heures pour le patient, se fait dans le cadre de prise en charge interne au Rehazenter, ou alors suite à une consultation médicale ciblée.

CLECAR

Depuis 1999, le Centre National de Rééducation Fonctionnelle et de Réadaptation a développé une cellule concernant l’apprentissage et la reprise de la conduite automobile. Centré sur les préoccupations de vie des personnes, il paraissait évident de répondre à ce besoin de reprise ou d’apprentissage à la conduite

Le CLECAR, Cellule Luxembourgeoise d’Evaluation à la Conduite Automobile Réadaptée, en collaboration avec d’autres professions présentes au Centre telles que médecins, orthoptiste, psychologue, assistante sociale permet une reprise ou un apprentissage de la conduite automobile.

Le service Ergothérapie est équipé d’un quart de voiture pour évaluer la capacité aux transferts, d’un simulateur de conduite avec des aides à la conduite et d’un véhicule auto-école adaptée. L’ergothérapeute sera amené à évaluer les capacités fonctionnelles de la personne avant de conseiller sur les aides techniques à la conduite. La personne pourra ainsi retrouver la pleine autonomie dans ses déplacements, qu’ils soient privés ou professionnels.

L’ergothérapeute fera en sorte que la personne puisse reprendre ses activités quotidiennes de la manière la plus satisfaisante possible, en dépit des limitations qui pourraient persister.

Psychologie

Au Rehazenter, les psychologues dédient leurs missions à l’amélioration de la qualité de vie des patients. En effet, qu’il s’agisse de personnes présentant des atteintes cérébrales ou de l’appareil locomoteur, leur capacité à faire face aux activités de la vie journalière et de participer à la société sont mises à mal, et ce, avec une souffrance importante.

Le rôle du psychologue en réhabilitation rééducation s’axe sur plusieurs dimensions :

  • Le diagnostic : en permettant une compréhension de l’ampleur des difficultés émotionnelles, cognitives et comportementales. Ceci en utilisant une évaluation orientée, faisant l’état des lieux des difficultés mais aussi des ressources disponibles afin d’élaborer un projet de rééducation.
  • L’élaboration du projet de rééducation se fait en partenariat avec l’équipe pluri et interdisciplinaire sous la responsabilité du médecin. Il sera révisé régulièrement en fonction de l’évolution du patient et peut avoir plusieurs objectifs différents : la récupération de la fonction atteinte ou manquante, la compensation de ce qui fait défaut en fonction des compétences préservées, l’aménagement de l’environnement pour suppléer et faciliter la vie avec les déficits.
  • Le travail de réhabilitation des habiletés cognitives, comportementales et affectives du patient présentant des lésions cérébrales.
  • La prise en charge de la douleur, avec l’apprentissage de techniques comme l’autohypnose par exemple.
  • L’accompagnement des proches et familles dans l’appréhension de la différence et du handicap.
  • La prise de conscience des déficits et des moyens d’adaptation psychologique pour vivre avec le(s) changement(s).

Le rôle principal du psychologue est donc d’accompagner la personne dans ces changements tout en incluant le contexte de la rééducation, en s’articulant autour des avis des thérapeutes et des équipes soignantes, des capacités émotionnelles et des ressources du patient ainsi que son projet de vie. Aussi, le lien entre le Rehazenter et l’extérieur de la structure hospitalière est une mission primordiale qui vise une réintégration familiale, sociale puis professionnelle ou scolaire de qualité (Case Management).

Au Rehazenter, les psychologues sont tous spécialisés en neuropsychologie et sont également formés et reconnus en psychothérapie. Selon la personne et les besoins, un suivi psychothérapeutique de différent type peut être proposé aux patients (Thérapie systémique, brève, hypnothérapie, EMDR/ Traumathérapie, etc.).

Au-delà de ces missions globales, les psychologues s’orientent en fonction de leurs intérêts dans des équipes de compétences spécifiques. Certains sont spécialisés dans la prise en charge de la douleur, des dysfonctions sexuelles, les Vertiges et Instabilités (LIEN VERS SITE GROUPE), les troubles du comportement, ou encore dans le suivi des enfants, avec l’équipe des enseignants (LIEN SITE ECOLE DE L’ENFANT MALADE), et l’accompagnement des familles.

Le service est également en contact avec des partenaires externes notamment pour des bilans spécifiques, tels que l’évaluation de l’aptitude à la conduite automobile (LIEN CLECAR), la réinsertion professionnelle (LIEN PROJET COSP-HR), des bilans cognitifs motivés (aide au diagnostic, avis de prise en charge, etc.).

L’équipe des psychologues au Rehazenter reste également engagée dans l’encadrement des stagiaires, l’implication dans des programmes de recherches ou encore dans l’enseignement (LIEN CORDE).

Orthoptie

Cette discipline trouve ses racines du grec ortho (droit) et opsie (œil, vision).

L’orthoptie est une profession paramédicale dont le but est de dépister, rééduquer ou réadapter les troubles de la fonction visuelle.

La majorité des patients adressés pour un bilan orthoptique au Rehazenter ont ou ont eu une atteinte cérébrale telle qu’un AVC, un traumatisme crânien, ou encore une maladie neurologique. Le déficit visuel dépend alors de la localisation de l’atteinte (paralysie oculomotrice, atteinte du champ visuel, troubles neurovisuels, etc.).

La prise en charge peut aussi s’inscrire dans les problématiques de troubles posturaux, de troubles de l’équilibre ou de vertiges.

Enfin, une des missions de notre service est la participation aux évaluations d’aptitude à la conduite automobile.

Orthophonie

L’orthophonie consiste à évaluer et à prendre en charge les troubles du langage oral et écrit, de la communication, de la voix, de l’articulation, de la parole, de la musculature bucco-linguo-faciale et de la déglutition. Au sein du Centre, l’intervention de l’orthophoniste s’adresse principalement aux patients présentant une atteinte neurologique telle un AVC, un traumatisme crânien ou une maladie neurologique.

Sur prescription du médecin rééducateur, l’orthophoniste réalise un bilan duquel découleront des objectifs ainsi qu’un plan thérapeutique sur lequel se basera la prise en charge. L’orthophonie s’intégrera alors dans la prise en charge pluri et interdisciplinaire du patient en respectant les besoins individuels, le but principal étant l’autonomie et la qualité de vie au quotidien.

Dans une démarche de réadaptation, l’orthophoniste assistera le patient pour qu’il conserve ses capacités le plus longtemps possible.

Les séances se déroulent principalement en individuel mais peuvent également s’organiser en groupe ou être assistées par ordinateur.

La prise en charge orthophonique inclut également l’accompagnement de l’entourage proche (conseils, enseignement, suivi).

Assistance sociale

L’unité Assistance sociale au Rehazenter

Les facteurs sociaux influencent la santé des populations. La maladie peut aggraver des problèmes psycho-sociaux-financiers, faire basculer les statuts et rompre les trajectoires de vie. Des problèmes sociaux peuvent aussi engendrer une aggravation de la pathologie.

La démarche hospitalière moderne se caractérise de plus en plus par un fonctionnement pluri et interdisciplinaire, où le service social occupe une place de plus en plus importante.

Comme le Rehazenter travaille dans une perspective d’excellence, son service social prend en charge tous les patients hospitalisés du pôle Rééducation neurologique dès leur entrée ainsi que tous les patients ambulatoire, à leur demande ou à la demande de l’équipe pluri et interdisciplinaire.

La démarche sociale doit être mise en place de manière précoce, dès l’entrée du patient en hospitalisation afin de réduire au maximum la prolongation du séjour pour des raisons sociales.

Les actions des assistants sociaux consistent à venir en aide à ceux qui ne réussissent pas à faire face aux nécessités de l’existence. Les assistants sociaux les rendent plus capables d’utiliser les ressources qu’ils ont eux-mêmes et à savoir utiliser celles qu’offre la société.

  • Analyser les besoins à court, moyen et long terme.
  • Promouvoir l’autonomie du patient.
  • Aider à la réinsertion au domicile ou bien dans un milieu de vie, scolaire, de travail, en fonction du projet personnel, des attentes et des besoins du patient et/ou de la famille.
  • Réinsérer socialement, familialement, culturellement, scolairement ou professionnellement avec recomposition du lien social.
  • Orienter et conseiller dans les actes de la vie en société.
  • Aider dans la démarche de recherche d’une structure de logement adapté.
  • Préparer avec ou sans le patient et / ou famille le retour en week-end, passage en ambulatoire et à la sortie définitive.
  • Informer, orienter, accompagner le patient et / ou la famille dans la résolution de problèmes sociaux, professionnels et administratifs liés à la prise en charge.
  • La mise en place d’actions avec ou sans le patient/la famille impliquant une collaboration avec des services et des intervenants extérieurs (CNS, AAA, CNAP, ADEM, réseaux d’aides et de soins à domicile, assistants sociaux du secteur, structures de logement spécialisé, etc.).
  • L’élaboration d’un projet de vie avec le patient et l’entourage socio-familial.
  • Le maintien des droits acquis : réalisation des formalités administratives adaptées au cas de la personne (demande d’assurance dépendance, pension d’invalidité, carte de stationnement, etc.).
  • Les visites à domicile, des institutions d’hébergement et/ou chez l’employeur.
  • Les réunions de synthèses du parcours de rééducation du patient permettent de dégager des objectifs pour le futur.
  • Les réunions de famille avec l’entourage du patient concourent aux évaluations ponctuelles et régulières de la rééducation et de la réalisation des objectifs pour le futur.
  • Les réunions avec les différents groupes de travail pluri et interdisciplinaire, comme par exemple le groupe douleurs chroniques, qui favorisent une meilleure prise en charge du patient.

Nutrition et Diététique

Le diététicien-nutritionniste est le spécialiste de l’alimentation. Il est un professionnel de la santé dont la mission est autant préventive que curative. Il veille à la qualité et à l’équilibre alimentaire des personnes selon leur état de santé, leur mode de vie et leur âge.

Le diététicien-nutritionniste se situe au sein de l’équipe médicale, paramédicale et est sous le patronage des médecins.

Dans un centre de rééducation tel que le nôtre, la diététique associée à la restauration est primordiale.

En effet, un déséquilibre alimentaire peut avoir des conséquences importantes en termes de mortalité, de morbidité, d’augmentation des durées d’hospitalisation et de surcoûts sans oublier l’impact sur la qualité de vie.

La diététique est associée au traitement curatif ou préventif de nombreuses pathologies telles que le diabète, l’obésité, les néphropathies, les pathologies digestives et bien d’autres encore.

Le travail du diététicien-nutritionniste dans un centre de rééducation fonctionnelle et de réadaptation se fait à plusieurs niveaux :

  • donner des conseils alimentaires aux patients et à leurs proches en fonction de leurs besoins,
  • travailler en équipe médicale pluri et interdisciplinaire (médecin, infirmier, aide-soignant, orthophoniste, pharmacien, etc.) pour assurer le suivi diététique du patient,
  • relations avec le service Restauration pour assurer l’adaptation des repas aux différentes pathologies, textures, allergies, aversions, etc.,
  • assurer l’état de connaissances diététiques indispensable au patient, à ses proches ou aux personnes de relais pour la sortie du patient (retour à domicile, placement dans une institution,…).
  • assurer avec le cuisinier ou le diététicien de catering la mise en place de menus équilibrés et des déclinaisons des menus en fonction des régimes et textures alimentaires,
  • contrôler les plats destinés aux clients et surveiller leur acceptabilité,
  • veiller au suivi des règles d’hygiène alimentaire,
  • coordonner avec le responsable Restauration l’achat des produits diététiques.

Le diététicien-nutritionniste assure la mise à jour des connaissances alimentaires aussi bien du personnel soignant que du responsable diététique en restauration qui, lui, veillera à la formation du personnel en cuisine.

Il assure également des formations de groupe de patients (exemple : lombalgies chroniques).

  • évaluer l’alimentation du patient et adapter les apports nutritionnels à tous les âges et toutes les situations (sur prescription médicale),
  • donner des conseils alimentaires aux patients et à leurs proches en fonction de leurs besoins,
  • établir des documents personnalisés tels que plans alimentaires, équivalences alimentaires ou tout autre document pour répondre à la demande du patient,
  • travailler en équipe médicale pluri et interdisciplinaire (médecin, infirmier, aide-soignant, orthophoniste, pharmacien, etc.) pour assurer le suivi diététique du patient.
  • Etroite collaboration avec l’infirmier Hygiéniste concernant l’hygiène alimentaire (cuisine thérapeutique, cuisine centrale, cuisine satellite, etc.)

UdEPP

L’unité d’évaluation pelvi-périneale (UdEPP) a pour objectifs :

  1. Evaluer les dysfonctionnements de la vessie et des sphincters.
  2. Proposer des traitements médicaux, voire chirurgicaux, intégrés à l’ensemble du handicap et à la prise en charge globale pluri et interprofessionnelle.
  3. Assurer une éducation du patient et de son entourage (par exemple auto- et hétérosondage intermittent).
  4. Assurer un suivi et une adaptation régulière des traitements et aides techniques, en fonction de l’évolution de la maladie et de la technologie.
  5. Réaliser des évaluations neuro-sexologiques et proposer les thérapies les mieux adaptées à la situation médicale du patient et à ses besoins (prise en charge des troubles de l’érection et de l’éjaculation).

L’équipe de l’UdEPP est composée de deux médecins spécialistes en Médecine Physique et de Réadaptation, ayant une formation spécifique en neuro-urologie et urodynamique, et d’une infirmière spécialisée en rééducation.

Cette équipe dispose de deux chaînes d’urodynamique couplées à l’exploration électrophysiologique, d’un appareil portable d’échographie permettant de réaliser des mesures non invasives des résidus post mictionnels, d’une unité de radiologie permettant de visualiser l’ensemble de l’appareil vésico-sphinctérien (UrétroCystographie Rétrograde perMictionnelle-Echographie) et d’un ensemble d’outils didactiques, indispensable support à l’éducation du patient.

Ses locaux sont situés au rez-de-chaussée du Rehazenter, dans le secteur des Explorations Fonctionnelles.

Les demandes de rendez-vous sont à adresser au (+352) 2698 – 4106/4107.

CLECAR

Depuis 1999, le Centre National de Rééducation Fonctionnelle et de Réadaptation a développé une cellule concernant l’apprentissage et la reprise de la conduite automobile. Centré sur les préoccupations de vie des personnes, il paraissait évident de répondre à ce besoin de reprise ou d’apprentissage à la conduite

Le CLECAR, Cellule Luxembourgeoise d’Evaluation à la Conduite Automobile Réadaptée, en collaboration avec d’autres professions présentes au Centre telles que médecins, orthoptiste, psychologue, assistante sociale permet une reprise ou un apprentissage de la conduite automobile.

Le service Ergothérapie est équipé d’un quart de voiture pour évaluer la capacité aux transferts, d’un simulateur de conduite avec des aides à la conduite et d’un véhicule auto-école adaptée. L’ergothérapeute sera amené à évaluer les capacités fonctionnelles de la personne avant de conseiller sur les aides techniques à la conduite. La personne pourra ainsi retrouver la pleine autonomie dans ses déplacements, qu’ils soient privés ou professionnels.

L’ergothérapeute fera en sorte que la personne puisse reprendre ses activités quotidiennes de la manière la plus satisfaisante possible, en dépit des limitations qui pourraient persister.

Groupe Action Douleur

Les prises en charge rééducatives s’accompagnent fréquemment de phénomènes douloureux. Une enquête réalisée auprès des patients au sein du Rehazenter laissait apparaitre une prévalence de l’ordre de 78 %.
Leur prévention reste donc une première étape fondamentale : des techniques de mobilisation, des mises en charge progressives, l’application de traitements locaux physiques en kinésithérapie, les techniques de balnéothérapie et une aide médicamenteuse permettent souvent d’en réduire l’intensité et de favoriser la poursuite du programme de rééducation.
En cas de besoin, il est également possible d’avoir recours à l’inhalation de gaz comprenant un mélange équimoléculaire d’oxygène et de protoxyde d’azote (MEOPA), aux vertus antalgiques, relaxantes et anxiolytiques : son intérêt réside dans sa facilité d’utilisation et dans son action rapide et limitée à la durée de l’inhalation.
Les techniques d’hypnose peuvent également être appliquées. Deux psychologues certifiés dans cette approche interviennent auprès des patients à la demande des médecins du Rehazenter.

La coordination de la prise en charge des douleurs reste assurée par le Médecin spécialiste en Médecine Physique et de Réadaptation.

Si la douleur aigue reste un événement relativement simple, la chronicisation des phénomènes douloureux devient nettement plus complexe à analyser. La douleur n’est plus alors une simple information sensorielle sur la condition du corps : elle contient beaucoup de caractéristiques émotionnelles et affectives, qui vont déterminer au moins en partie les réponses comportementales.
Sa prise en charge nécessite une approche différente, dite bio-psycho-sociale, qui tiendra compte des différentes composantes de la douleur. Pour mener à bien cette démarche, il faudra pouvoir s’appuyer sur une équipe pluri et interdisciplinaire, orientée vers un objectif cohérent et fixé dès le début de la prise en charge. Cette cohérence entre l’objectif du patient et ceux présentés par l’équipe reste une priorité et une condition indispensable à un succès thérapeutique.
Elle comprendra une évaluation initiale qui tentera d’appréhender au mieux les mécanismes douloureux et d’orienter le contenu de la prise en charge, éventuellement en privilégiant telle ou telle discipline. Toutes les professions sont susceptibles d’intervenir pour participer à la réalisation des objectifs : médecin, kinésithérapeute, psychologue, ergothérapeute, assistant social, thérapeute en Activités Physiques Adaptées, infirmière.
Un traitement individuel et/ou en groupe, une mise en commun des observations et résultats lors de synthèses pluri et interprofessionnelles et une redéfinition de nouveaux objectifs constitueront le cadre de ces prises en charge spécifiques. L’établissement du programme et sa coordination restent sous la responsabilité du médecin spécialiste en Médecine Physique et Réadaptation : il pourra, en cas de besoins, faire appel à d’autres disciplines médicales, telles que la spécialité en anesthésie-réanimation.

Le Groupe Action Douleur (G.A.D) est constituée de représentants des différentes professions intervenant auprès des patients pris en charge au Rehazenter : médecin spécialiste en Médecine Physique et de Réadaptation, psychologue, kinésithérapeute, ergothérapeute, infirmière, assistante sociale, aide-soignant, maître Instructeur de Natation , etc.

Les missions du Groupe Action Douleur sont orientées à la fois vers les patients et vers les collaborateurs au sein du Rehazenter. Ce groupe pluri et interdisciplinaire doit assurer la promotion des points suivants :

Encourager la culture de l’évaluation des phénomènes douloureux avant toute démarche thérapeutique.
1. Sensibiliser à l’importance de la prise en compte des facteurs psychologiques et environnementaux.
2. Encourager les patients à exprimer leurs douleurs.
3. Favoriser une approche pluri et interdisciplinaire.
4. Participer à la formation continue en matière d’algologie, etc.
5. Participer activement à la prise en charge de la douleur au sein de l’établissement.
6. Asseoir la position de Référent Douleur au sein de l’établissement.
7. Poursuivre le développement de la Consultation Douleur Chronique.
8. Favoriser les échanges inter hospitaliers en matière d’algologie.
9. Promouvoir la place du Rehazenter dans un réseau national d’algologie.

Toute prise en charge doit débuter par une consultation auprès du médecin référent : les dossiers sont ensuite discutés en staff pluri et interdisciplinaire, et une décision de prise en charge est proposée au patient.

Pour tout renseignement complémentaire, contactez le secrétariat aux numéros :
2698-4107/4108.